Prémonition

1997

L'infidèle romantique au coeur brisant
Se morfond, bas dans les ténèbres de son coeur.
Il cherchait tant l'Amour qu'il le laissa au vent;
Pour le disperser, dans les plaines du Malheur.

Timide elle avança, suivant tous ces élans,
Victime volontaire de ses sentiments,
Puis s’heurtât à ce mur, si froid mais si aimant,
Refoulant sa pitié pour n'être pas galant.

Mais les larmes depuis ont creusé leurs tranchées,
Vastes et glacées, pour que mon esprit repose
Et proie aux tourments du remords de la chose.

Pourquoi diable Cupidon n'a pas décoché
Sa flèche empoisonnée sur ma douce Sophie ?
Pourquoi briser deux coeur, aucun aurait suffit ?

[Retour]
© CÉNA – Claude-Étienne Armingaud – 2002